1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Carnets

15021François Bon et Jérôme Schlomoff
15021
Prix : 18,30 € 17,38
Quantité :
EAN : 9782911718380
Format 28 x 20 centimètres
72 pages.
Couverture bichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Carnets ”
ISSN 1284-6791
Dépôt légal 1° trimestre 2000
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

De septembre 1998 à avril 1999, un écrivain, François Bon, et un photographe, Jérôme Schlomoff, font ensemble en train, chaque jeudi, les trois cent cinquante-deux kilomètres du voyage Paris-Nancy.
Canaux, fleuves, villes, usines : une profusion de signes, témoignant de mutations essentielles du monde.
C'est d'abord un jeu : l'écrivain note, le photographe photographie. Puis une véritable recherche commune de ce que le visible ne montre pas de lui-même, et que la répétition permet lentement de saisir.
Naît de l'expérience un récit, Paysage fer éditions Verdier, une autre collaboration : l'écrivain lit à haute voix, le photographe projette des diapositives, et maintenant ce livre, 15021, qui présente trente-deux des photographies prises du train par Jérôme Schlomoff. Cette fois, ce n'est plus le réel que le texte en vis-à-vis interroge, mais les photographies elles-mêmes, ce qu'elles induisent d'un décalage de ce réel, et le geste même du photographe.
L'expérience la plus commune de voir, et l'expérience la plus singulière : la vision reconstruite.

 

Extrait

Non pas fiction

On avait joué cette fois-là, avant que le train passe, à ajouter en bord de voie, devant tous paysages, le même château d'eau sur structure de fer à rambarde, et échelle de visite.
On s'en était procuré quelques-uns, on les avait disposés ici et là : on s'imaginait qu'ils réagiraient, ceux qui étaient avec nous dans le train.
Mais nous étions seuls ce jour-là dans le train. Un contrôleur était passé, qui, lui, n'avait rien remarqué. Il inspectait les sièges et banquettes, et prétendait qu'entre les gares, où il descendait une minute sur le quai (serrant la main de qui, en casquette, drapeau à la main, commandait à l'arrêt), n'était nulle réalité, pas plus qu'en mer ou désert.
Nous lui tendions les photographies déjà accumulées : il prétendait que non. Ces châteaux d'eau, si effectivement ils correspondaient à des objets réels, avaient dû, dans l'enfance de ces villes et ces gares, être fabriqués à l'identique, sur plans, et que par économie on les avait dressés à intervalles réguliers.
Nous lui manifestions notre doute : comment pareil objet, si complexe, aurait pu ainsi être disposé partout sur la surface du monde ? À moins, dans le passé, quelque succession, comme on faisait pour le télégraphe, d'engins d'investigation astronomique, télescopes dissimulés pour ne pas effrayer.
Nous montrons au contrôleur, et insistons pour qu'il les garde, plusieurs photos différentes de ce même château d'eau déplacé en lieux bien distincts et vérifiables du pays que le train parcourt.
Il s'agit purement d'étudier le beau, proclamions-nous. De dire : ceci est beau. Et c'est bien parce que cet objet est si beau, tôles soudées, cornières rivetées, ainsi dressé, rambardes et échelles, sur la terre qu'il hérisse, que de semaine en semaine le photographe et moi-même déplaçons notre exemplaire unique à différents endroits du parcours, et l'y photographions, disons-nous au contrôleur.
Le contrôleur secoue la tête. Comme le train est entièrement vide, il n'ose pas nous désavouer plus franchement.


Lire un autre extrait

 

Illustrations

Photographies de Jérôme Schlomoff

Né à Vincennes le 3 septembre 1961, vit et travaille à Paris.
Dernières expositions/réalisations :
FNAC Ile-de-France, (janvier 1999). Acquisition, sténopé d'architecture de la Galerie Nationale du Jeu de Paume. (1 tirage 120 x 170).
KunstHaus Wien, (février/mai 1999). Exposition Jean-Michel Basquiat The Mugrabi collection. Trois portraits de Jean-Michel Basquiat.
Le Grand Tsam. Oulan-Bator Mongolie, (mars 1999). Reportage lors du voyage, pour le CDN de Nancy, Théâtre de la Manufacture, sur la cérémonie du Grand Tsam, par les moines du monastère d'Oulan-Bator, dans le cadre du festival " Passage ", CDN Nancy. Exposition de ce reportage à l'Abbaye des Prémontrés Pont-à- Mousson (avril/mai 1999).
Centre d'Art Contemporain de Vassivière et C.A.U.E. de Limoges, (avril/juin 1999). Exposition personnelle. " Sténopé d'architecture " Le cabanon de Le Corbusier à Roquebrune Cap-Martin, le bâtiment du Centre d'Art de Vassivière d'Aldo Rossi et le Pavillon de Mies van der Rohe à Barcelone.
Théâtre de la Manufacture, CDN de Nancy, (mai 1999). Exposition installation, " La douceur dans l'abîme ", scénographie réunissant les textes, collectés par François Bon, et les portraits réalisés dans le cadre de l'atelier d'écriture, " La voix du peuple ", auprès des personnes en situation d'exclusion à Nancy.
Théâtre de la Manufacture, CDN de Nancy, (septembre 1999). Édition " La douceur dans l'abîme ", livre résultant de l'atelier d'écriture avec François Bon : 50 portraits, textes établis par les participants à l'atelier d'écriture. Éditeur La Nuée Bleue, Strasbourg.

C'est à propos des 32 photographies de Jérôme Schlomoff qui sont à l'origine de ce livre que François Bon à écrit.

 

Site e-commerce par Raynette.