1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Ex caetera

Monochrome à deux voixPatrick Barrer
Monochrome à deux voix
Prix : 14,50 € 13,78
Quantité :
EAN : 9782911718267
Format 14,5 x 20 centimètres
96 pages.
Couverture 2 couleurs
reliure dos carré collé
Collection “ Ex-cætera ”
ISSN 1284-6236
Dépôt légal 1° trimestre 1999
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Il demande : “ C’est quoi au juste Aimer, une fois sorti du mot, de l’attente, du désir ?…”
Elle lui apprendra. Il suffira de quelques mots. D’une lettre d’amour. Lettre de rupture où le Non qu’elle incarne ouvre sur tous les consentements de la vie.
Rendu à sa solitude et à sa liberté. Au travail d’amour. Il découvrira grâce à elle “ l’espace de l’amour indéfinissable ”, “ cœur monochrome ” où tous deux auront à inventer une nouvelle manière de vivre.

 

Extrait

5 septembre, tard dans la douleur.

C’est du désordre, la douleur. Ce n’est même que cela au fond.

Elle tire de nous des pages et des pages sur lesquelles s’imprime l’objet du tourment, en continu.

On n’est plus qu’une décharge où les pages s’amoncellent – et l’on relit tout.

Tout, jusqu’à l’histoire jamais commencée. Tout, jusqu’aux pages blanches.

En relisant, on continue de vivre, mais à l’envers – et dans le désordre.

C’est un chemin obligé semble-t-il pour que la vie sorte de l’histoire qui s’installe en nous, pour que la douleur devienne orpheline, pour qu’aujourd’hui revienne.

On trouve donc d’autres mots dans la décharge pour dire les mots du début. On se remplit de mots de fin, de mots qui donnent du sens. Et plus il y a de ce sens-là, plus la douleur est grande ; plus la décharge est vive.

On découvre par exemple que l’absurdité de tout ce qui allait suivre était déjà tout entière dans les pensées et les paroles de ce soir-là : Qu’est-ce que je foutais ici, à ce moment-là, dans cette galerie d’art, avec cette amie qui dissertait sur la toile toute bleue, un monochrome, me dit-elle – Encore un ! Ennui mortel pour moi. Monochrome pour monochrome, je préfère le bleu du ciel, lui dis-je.

Une voix derrière moi, presque un chuchotement : Moi aussi !


Lire un autre extrait

 

Illustrations

La peinture reproduite sur la couverture est de Zivo

Site e-commerce par Raynette.