1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Fonds Poésie

Du crépuscule des corbeaux au crépuscule des colombesWerner Lambersy
Du crépuscule des corbeaux au crépuscule des colombes
Prix : 12,00 € 11,40
Quantité :
EAN : 9782364180512
Format 14,5 x 20 centimètres
66 pages
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Fonds Poésie ”
ISSN : 2117-5470
Dépôt légal 4ème trimestre 2018

Parution le 12 décembre chez l'éditeur
et le 5 janvier 2019 en librairie.
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

 

Propos du livre

«La poésie n’est pas étrangère à la vie – la poésie (…) nous attend au coin de la rue. Elle peut nous sauter dessus n’importe quand.» écrit Jorge Luis Borges. Phrase que Werner Lambersy a choisi de mettre en exergue de son livre pour soutenir son propos expliqué ainsi dans un entretien paru dans le Basilic de décembre 2018 : «Un coup de vent a écarté le rideau de la conscience, de la connaissance et même de l’émotion pour laisser passer un rayon de soleil qui réchauffe la chambre (forte) de l’âme. C’est pourtant furtif, sans durée, et noter cet événement essentiel reste du seul pouvoir bien faible du miroir de l’écriture. Il se joue dans cet entre-deux improbable de l’éternité quelque chose qui n’est pas de moi, ni à moi, mais cependant moi tout entier.»

 

Extraits


Ocre poussière
sur les autos qui ont passé
la nuit dehors

sous le dais
aux brumeux lampadaires
des trottoirs

le sirocco !
ça vient de chez moi lance
mon ami maghrébin

et ses yeux brillent
ah ! Les chamelles blondes
sous l’oasis ombrée

où les gazelles s’aventurent
la rose des sables
sans faner

et la voûte pure sur son socle
d’étoiles !
alors j’offre
en haut de Montmartre le vent
qui revient

de la mer
et la lune qui se tire comme on
gobe une huître


*

Dans l’ombre odorante
du marché matinal
parmi

les pyramides
d’agrumes et l’acropole
ionienne

des scaroles
les chœurs bien scandés
d’Eschyle

et les bacchantes
d’Orphée des femmes le
cabas au bras

réclament
contre le prix et l’attente
dans la file

tandis qu’un dieu assis à
terre tend sa sébile
d’étain sale

pour savoir qui va donner

*



Lire un autre extrait

 

Site e-commerce par Raynette.