1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Fonds Poésie

L'Amour là où les nuits sont vertesRienzi Crusz
L'Amour là où les nuits sont vertes
Prix : 16,00 € 15,20
Quantité :
EAN : 9782915120943
Format 14,5 x 20 centimètres
150 pages
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Fonds Poésie ”
ISSN : 2117-5470
Dépôt légal 1er trimestre 2014
 

Biographie et bibliographie de l'auteur



Propos du livre

Égrenés au fil d’une vie d’errance, expression à la fois sauvage et maîtrisée de bifurcations subies ou choisies, de passions comme d’amours domestiques, de récits de l’expérience quotidienne relevés par la magie de l’écriture, les poèmes de Rienzi Crusz, “Homme-Soleil” dans ses bottes de neige, donnent à entendre une musique fluide et syncopée de tonalités mêlées, à la fois simple et savante, grave, passionnée, riche en images syncrétiques, "tempérée" souvent par l’humour.
Dans la fusion des continents s’accomplit la création poétique, au cœur de variations saisonnières, sensorielles et exotiques.



Extrait


L'Entretien

Deux cameras dressées comme des canons,
moi, l’Homme-Soleil,
tes yeux caressants,
et le compte à rebours…

Enjôleuse, tu me ramènes aux débuts,
avant les inventions dans la neige,
puis soudoies illico des braises souterraines :
ma fine glace canadienne
me fond dans la gorge,
la feuille d’érable se brouille sur mon passeport.

Je suis dans la bouche du soleil,
Chant de l’Immigré ;
j’entends l’éléphant dans mon sommeil ;
paysage blanc en ruines,
je retrouve ma forêt verte, ma mer d’îles ;
l’œil de l’ocelot, le jambu saigne,
mon enfance
dans les pinces du crabe des sables.

Et d’où vient votre livre
La Chair et l’Épine ?
Du sang sur le soleil,
l’Ibis écarlate qui se fond dans le marais,
la fourberie au creux de la fourche,
“ l’amour et son don de souffrance ”.

Soudain, je me coupe en deux,
je jongle : deux balles rouges,
poème déjà fait, poème en devenir :
je nage dans tes yeux soucoupes,
mes doigts fouillent le fruit galbé
sous ton corsage,
je flaire des figures d’ébène,
rêve l’amande sous l’écale…


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

 

Site e-commerce par Raynette.