1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Fonds Poésie

Passerelle, carnet de merErwann Rougé
Passerelle, carnet de mer
Prix : 12,00 € 11,40
Quantité :
EAN : 9782915120929
Format 14,5 x 20 centimètres
80 pages
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Fonds Poésie ”
ISSN : 2117-5470
Dépôt légal 4ème trimestre 2013
 

Biographie et bibliographie de l'auteur



Propos du livre

À bord d’un navire, au jour le jour et dans la solitude de la passerelle, l’auteur écrit son journal de veille où se mêlent écrits intimes et poésie.

Le récit, journal de bord, fait passerelle entre les départs et les retours, entre les doutes, les désirs et les manques. Il souligne la tendresse qui s’amarre en lui de l’être aimée, ce qui débarque en même temps à l’intérieur : une tension qui danse avec les extrêmes.
Le navire fatigue et le corps aussi. Dans le noir de la passerelle, il épaule la vague, les lignes tremblantes… Les coups de ballasts réduisent l’allure. L’état de mer le contraint à renoncer à l’accostage. Navire et corps n’en finissent pas de se confondre au silence muet qui s’écrit dans la marge et qui tente de préserver ce qui reste de tendresse.



Extrait


Remis sur roues la remorque renversée. Temps couvert et boucailleux, visibilité médiocre, roulis et tangage accentués par grosse houle.

Je continue le carnet.
Sur le mur de côté, il y a toujours des livres. Des livres de poésie pour revenir au monde, continuer le voyage. Lire pour marcher, rouler sur mer, errer. Et personne, personne à dire le blanc, à dire le pourquoi et le comment du blanc dans le poème. Un blanc présent entre les mots, un blanc qui garde les distances et appartient à cette fin d’après-midi, à cette formidable immédiateté. Les mots crissent dans le cerveau, collent aux yeux, durcissent sur la peau. Ils veulent se serrer les uns contre les autres. Ils arrivent dans le corps d’une enfance qui rêve de dérober quelques secrets du monde où se font toutes les métamorphoses, les mutations, où tout un infini remonte à la surface comme les bulles que l’on souffle dans un cercle de savon. Comme des fourmis dans une prairie au soleil.

*

Mer houleuse. Tangage et roulis modérés. Ciel nuageux.

Lire un livre débute toujours par un vertige.

Lire écrire, c’est habiter les contraires, vivre une traque, aux aguets, mais sans rien attendre. Opiniâtrement, marcher au plus près, au plus juste de la blancheur du papier qui se recouvre de signes. Vivre une avidité, une obstination, une soif… presque une rage primitive de s’approprier, jamais assouvie. On va par-delà l’envol d’oiseau sur le marais, même sans comprendre clairement, dans l’énergie d’une palpitation, un vieux rêve d’apesanteur. On espère voir venir les mots, comment les mots viennent voir, parlent, remuent, retournent la terre meuble, d’une présence animale, d’une odeur qui la nourrit et libère. Lire avant que le silence ou le blanc ne retombe ou se dire “ pourquoi font-ils tout ce bruit”. Seulement cela.


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

 

Site e-commerce par Raynette.