1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Approches critiques > Au fil des notes

L'adresse à VladimirHenry Deluy et Maïakovski
Prix : 0,00
Quantité :
éditions Inventaire/Invention
Note d'Alain Freixe
 

Empruntant cette parole à Maïakovski, l’attribuant à Henri Deluy, j’oserai un « (ils sont) poètes, c’est ce qui fait (leur) intérêt ». Je poserai cela d’entrée comme une borne, cette limite qui n’enclôt pas mais tient d’abord dans un rythme son propos.

Henri Deluy fait précéder sa traduction du poème de Maïakovski De ça (1923) d'une Adresse à Vladimir dans laquelle au mépris de toute chronologie, il met son cœur à nu, laissant percer une tendresse crispée. D’une dette l’on s’acquitte, ce qui autorise quelques remarques. Ainsi passe-t-on d’un « je sais tout » (1946) à l’aveu d’un flottement, d’un « je ne sais plus quoi faire de toi », sous les coups de l’Histoire. C’est que l’on ne regardait pas du bon côté, du côté de la lecture des poèmes mais de celui  du destin de ce nuage en pantalons. Lourd d’une double question : celle du poème et celle du communisme, c’est une vie, la trame de ses étoffes que nous offre Henri Deluy.
Choisir de traduire De ça, ce poème majeur de l’année 1923 ne saurait être pur hasard. Ce poème « sur des motifs personnels à propos du mode de vie en général » prend appui sur la situation amoureuse personnelle de Maïakovski et de Lili Brik et en écharpe, la situation politique de l’URSS, les débuts du conflit entre Staline et Trotski… Comment continuer la révolution alors que les premiers effets d’embourgeoisement liés à la NEP commencent à se faire sentir ? Comment parler du quotidien, du byt , ce visage du temps épuisé, figé, solidifié, pétrifié, image en tout de la mort qui semble triompher à nouveau ? Comment poursuivre la marche forcée vers le haut ? Comment garder la tête dans les flammes ? Comment partir encore vers l’avenir et vivre son dû d’amour ? Maïakovski croisera toutes ces questions dans ce poème-fleuve au lyrisme toujours combattant, douloureux, tendu vers une sérénité future de visionnaire. Faire de la douleur, du mal d’amour un moteur pour filer dans les étoiles, les allumer les unes après les autres et entraîner dans son sillage l’humanité toute entière.
Choisir de traduire – Toucher à l’inconnu du texte, tenir la vibration, rendre la voix plus que le sens, « cette soustraction » dit Henri Deluy – De ça, c’est aller voir comment Maïakovski pouvait planter dans l’avenir – car c’est « dans l’œil entrouvert de l’avenir » que « brille le véritable amour humain » pour Maïakovski - le regard de ses images, rouler le rythme de ses vers, faire sonner ses mots-tocsins et y trouver non une leçon mais voir comment un poète se tenait au centre des choses et des événements, comme un homme debout.
Un homme seul, « oursifié », qui crie sa haine de la médiocrité petite-bourgeoise avec ses journalistes criticailleurs et les romances sucrées de ses bouffons-lyriques… Un homme capable de fouetter le temps pour le faire filer en imagination loin des « cérémonies du thé » et des « chausettes reprisées » vers ce « trentième siècle » qui devrait « (dépasser) l’essaim / des mille riens qui déchiraient le cœur ». Un homme déchiré de poésie qui en appelle à une langue nouvelle.
Un vivant parlant à des vivants, voilà ce que la traduction d’Henry Deluy nous rend. Un poète, porteur de l’amour, seul garant de l’Histoire, même et surtout parce qu’il manque. Encore.

Alain Freixe

Site e-commerce par Raynette.