1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Fonds Poésie

Sur cette riveFabio Scotto
Sur cette rive
Prix : 16,00 € 15,20
Quantité :
EAN : 9782915120769
Format 14,5 x 20 centimètres
126 pages.
Couverture quadrichomie.
Reliure dos carré collé
Collection “ Fonds Poésie ”
ISSN en cours
Dépôt légal 1° trimestre 2011
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Préfacé par Yves Bonnefoy, ce livre rassemble proses poétiques et récits narratifs reliés par un fil conducteur : le lac, qui est ici un bel instrument de connaissance profonde, de soi et du monde environnant.
Ces pages reparcourent les rives de divers lacs : celui de Varèse, ceux de Côme, de Lugano et le lac Majeur. Fabio Scotto les traverse dans une émotion délicate, redécouvrant la valeur et la beauté de chaque être et de chaque chose, même infime (flaque, brochet blessé, oiseau trouvé mort sur la route…). S’y ajoute l’évocation poignante de présences et d’amours redonnant vie à une époque précise, les années 70, où les jeunes aimaient se réunir, faire de la musique, fondaient des radios libres et des journaux lycéens puis étudiants. Ils partageaient alors passions politiques et intellectuelles, dans une même quête d’idéal.

Quelle ressource qu’un lac, et pas seulement pour beaucoup des désirs de l’existence ordinaire – marcher dans sa lumière, nager, bâtir jardins ou maisons qu’on voudrait heureuses sur les pentes de son rivage, parmi les vignes – mais pour l’esprit. (…)
C’est au bord d’un lac, et Fabio Scotto le montre bien dans son beau livre, qu’il est facile d’aimer, d’une façon qui exalte et qui purifie, la jeune fille de la maison de là-bas, dans la brume légère au-dessus d’un détour de l’eau. Et si la surface de celle-ci est parfois très bleue, sa profondeur reste noire, d’où suit qu’une conscience de soi dès lors moins rêveuse, plus avertie, pourra reconnaître dans cet abîme le surcroît, qui est vérité, du réel sur ce langage nôtre où foisonne à jamais le leurre. On peut gagner en lucidité, en espérance, en capacité de déliement, en chance de sagesse, autrement dit en bonheur, à vivre à côté d’un lac. On peut en tout cas se poser les questions les plus essentielles de l’être au monde.
(extraits de la préface d’Yves Bonnefoy).

 

Extrait

Le lac dans le lac


C’est un potager derrière un grillage mal tendu. Des planches, toutes à l’intérieur d’un périmètre bien délimité, dont les légumes tendent comme des bras leurs feuilles au soleil dans une herbe bien coupée où çà et là des taches d’ombre affleurent. La terre descend en terrasses, bravant le vide du lac sur lequel deux larges troncs de bouleau s’arquent tels des nœuds de vertèbres. C’est comme une hernie végétale entre la base du tronc et la racine, où se faufilent lézards ou grenouilles.
Puis l’eau commence – mais nulle pureté d’eau de source – poussée vers le large. Non, elle est comme prisonnière d’une autre barrière de bois qui en fait un lac dans le lac, avec des algues longues comme des cheveux qui ondulent en transparence, tels des serpents sur le bord, dans l’attente du vent.
Tout près se trouve une espèce de cabane sur pilotis, ouverte de divers côtés. Au-dessus, un toit rudimentaire couvert de poils cotonneux comme du raphia ; d’un côté, une planche rugueuse portant plusieurs trous, sur laquelle se détache, peinte en rouge à la main, une pancarte avec ces mots : “ Atten/Dang ”, en une langue abrégée trahissant la maladresse du scribe.
Mais c’est dessous que cet abri montre son ventre vide envahi par le va-et-vient du ressac. Ses murs sombres ne peuvent rien contre la vague qui se brise sur le bois pourri, rongeant les planches.
Personne ne sait où est la barque qui habitait ces rivages. Disloquée par l’incurie ou la tempête, elle offre peut-être ses cuisses à l’avidité des brochets d’eau profonde, au large de l’Îlot Virginia.


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

 

Site e-commerce par Raynette.