1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Fonds Proses

Le DégénéréJérôme Bonnetto
Le Dégénéré
Prix : 13,00 € 12,35
Quantité :
EAN : 9782915120752
Format 14,5 x 20 centimètres
134 pages.
Couverture quadrichomie.
Reliure dos carré collé
Collection “ Fonds Prose ”
ISSN en cours
Dépôt légal 4° trimestre 2010
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Un homme raconte sa trajectoire dans la ville qui l’a vu naître et le détruit au fur et à mesure qu’il prend conscience de l’abjection qu’engendre à ses yeux le seul fait d’y vivre. Déjà, à l’école primaire, ses camarades le surnommaient Le Dégénéré.

Quel est le rapport entre la mort d’une jeune pianiste dans les environs de la Villa Paradiso et les réticences des employés de la mairie annexe à vous délivrer un passeport en règle, tandis que vous cherchez seulement à quitter la ville ? Quelle est cette ville que vous cherchez à fuir malgré son soleil presque aveuglant ? D’où vient que depuis des années vous mettez régulièrement à la disposition de Victor des gaufrettes qu’il avale en quantités astronomiques en vous tenant le discours le plus intolérable ? Et d’où vient que Victor s’en sortira toujours, tandis que vous, imperceptiblement, ne cessez de dégénérer ? Qu’est-ce qui pousse les hommes à haïr leur prochain ? Comment en êtes-vous arrivé là ? Et d’ailleurs, qui êtes-vous ? Est-ce vous qui dégénérez ? Ou bien est-ce le monde autour de vous qui se dérobe ?
Le dégénéré est peut-être celui qui, perdu dans un no man’s land dépourvu d’idéal, ne cesse de tourner sur lui-même en un tourbillon cruel, à l’image de cette langue, viscérale et pointilliste, qui tournoie dans notre tête jusqu’à y creuser, lentement, un trou qui est aussi une porte, une fenêtre, une issue.


Extrait

1

Je n’ai plus le choix. Luna, Victor, la jeune pianiste du conservatoire, les Niçois, je dirai tout. C’est le moment. Peut-être qu’après, on ne me permettra plus de parler. Je vais avouer puis je signerai au bas de la page. Il y aura les aveux et le reste. Je dirai ce que tout le monde attend et ce que l’on ne veut pas entendre et c’est seulement après avoir dit tout ce que l’on ne veut pas entendre que je poserai ma signature au bas de la page. C’est moi qui vais tirer le fil de l’histoire. Je le tendrai entre l’ange Luna et le corps de la jeune pianiste du conservatoire. Alors, une fois que le fil sera bien tendu, je donnerai ce que tout le monde attend, la signature. Le fil me pétera dans les mains, et toutes les marionnettes accrochées à ce fil me sauteront à la gueule.
Il sera question de la face cachée de Luna, de l’oie stupide Victor et dans le sillage de l’oie stupide Victor, il y aura tous les Niçois et seulement après, la jeune pianiste et la signature.
Voilà comment on procédera. On peut prendre ça dans n’importe quel sens pourvu que le fil de l’histoire soit bien tendu et que le fil pète.


Lire un autre extrait

Lire sur ce livre, l'article de Jean-Marie Barnaud sur le site Remue.net

Lire la revue de presse

Site e-commerce par Raynette.