1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Patrick Da Silva: Anté

Anté - Des rites voluptueux02/05/2012
Prix : 0,00
Quantité :
 

Des rites voluptueux

Les jours prescrits, les dévots – indistinctement hommes et femmes – offraient leurs corps aux étreintes de qui le demandait – indistinctement hommes ou femmes – indistinctement et à l’aveugle. Pour éviter toute prédilection fâcheuse et sacrilège, ils se tenaient dans des alcôves aménagées au fil d’une travée dans tous les sanctuaires. Chacune était fermée par un rideau, de sorte que celui ou celle qui entrait ignorait qui – homme ou femme et quel homme ou quelle femme – derrière le rideau s’apprêtait à lui accorder ses faveurs.
Personne ne se souciait qu’une femme libre puisse concevoir au bénéfice de cette liturgie et pareille hypothèse – que nul n’aurait songé à établir – ressortissait plutôt de la bénédiction; si c’était une épouse, son mari adoptait tout enfant sorti d’elle, si c’était une fille cette faveur de la vie ne la rendait qu’encore plus éligible. Il était rare également que des dévotes se trouvassent fécondées. Les dieux les en gardaient et elles savaient par quelques recettes seconder cette divine protection. Quand toutefois cela advenait, une divination désignait un homme marié qui adoptait l’enfant au foyer de sa femme comme un présent des Dieux. Après sa parturition la dévote était révoquée à jamais des rites amoureux. Les dévots entre eux étaient interdits sous peine de mort de commerce charnel.

Lire l'épisode précédent… - Lire la suite…

Site e-commerce par Raynette.