1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Claude Held: l’usage de la parole

le modèle rouge07/05/2010
le modèle rouge
Prix : 0,00
Quantité :
 

le modèle rouge


(des chaussures munies d’orteils reposent, parallèles, devant une paroi constituée de planches)



Les chaussures portent traditionnellement le poids de l’édifice. Ce qui les rend sensibles. Quand l’esprit est las de tout il s’appesantit, se laisse aller, descend par degrés et finit au ras du sol. Certains secouent les pieds pour s’en débarrasser, d’autres préfèrent ôter leurs chaussures.
Le modèle vert, on l’aura compris, est écologique. Parfois le terreau s’y accumule, favorisant l’éclosion de plantes qui, par leur luxuriance, perturbent l’écosystème où s’épanouissait la plante des pieds. La température et la pluviosité transforment peu à peu la physiologie végétale. Le milieu peut se sentir rejeté sur les bords.
Le modèle bleu hésite entre le ciel et l’océan. La reproduction d’environnements aussi vastes et complexes n’est pas facile. Si l’on associe le ciel et l’océan au point de les confondre on obtient des chaussures capables d’affronter l’infini, ce qui les fait entrer en compétition avec l’âme; des procès pour concurrence déloyale seront intentés, des condamnations prononcées; le commerçant cherchera naturellement à anticiper le risque de coûts excessifs pour cause de dommages et intérêts en augmentant le prix de vente des chaussures.
Le modèle rouge est indiqué pour les colériques. Il permet de retenir le meilleur de la bile. Elle assouplit le cuir et lui donne sa teinte naturelle. L’ensemble retient la lumière, la fait prospérer de proche en proche. Des veines discrètes parcourent la chair et le cuir au point de les unir en un tout harmonieux. Chaque orteil toutefois pense différemment de son voisin, ce qui peut être cause de contestations à n’en plus finir. Les contestations sont connues du grand public sous le nom de cors, corne, cals, durillons, œil-de-perdrix, oignons. Des moments de repos sont prévus, des moments de méditation où le pied sert de mesure avec une certaine équanimité tranquille.

Site e-commerce par Raynette.