1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Jeanne Bastide: Prendre du temps…

Creuser le vent27/12/2009
Prix : 0,00
Quantité :
 

Creuser le vent

Lire –écrire– faire écrire. Est-ce  un tout?
J’aime lire –écrire– et faire écrire.
Ces fils mêlés me paraissent plutôt emmêlés.
Et pourtant… j’écris parce que j’aime lire
Et nombreux sont ceux qui viennent écrire et qui lisent.
Pas tous.
J’ai le souvenir de Marielle (dont j’aimais beaucoup l’écriture très libre) qui venait écrire le vendredi après-midi à la bibliothèque de N. et qui n’aurait raté pour rien au monde ce temps d’atelier et d’échange –et qui n’avait jamais lu un livre. Comment s’était-elle retrouvée dans ce lieu? Je pense qu’elle était venue sur les conseils de l’assistante sociale.

Je pars souvent de mes lectures pour faire une proposition.
Ecrire entouré de livres est un bonheur –mais on sait bien qu’on peut écrire dans n’importe quel local même sans fenêtre.
Notre intériorité n’est-elle pas remplie de mots?

Lire est un acte postérieur à celui d’écrire. Comme le vécu est toujours antérieur à son souvenir. …Pas toujours –pas aujourd’hui. Où je lis pour écrire et où je me souviens de mon futur.
Aussitôt le déluge s’enroule et les pensées à venir s’assoient dans la luzerne. Le lapin à queue blanche retraverse le miroir et tout peut arriver. L’oiseau bleu,inconsolable, va à la rencontre des quatre fées de saison. Le roi et la reine arrivés à la montagne d’ivoire trouvent leur sort déplorable à s’aimer trop constamment.
Dans la mélancolie qui l’accable le roi charmant se souvient de ce qui doit arriver.
Le jour paraît. Ils se disent adieu.


Ecrire, c’est creuser le vent.
Prends une aurore –deux… Laisse un soleil entre elles… Du vent… C’est par là que la nuit se faufile. Entre.
Le vent devient lourd.
L’instant se fait berger.
Il y a une goutte de souffle.

Ecrire, c’est fouiller dans les entrailles du souffle.
Extraire du nid de la mort les yeux du désert.

Lire l'épisode précédent…Lire la suite… 

 

Site e-commerce par Raynette.