1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Michel Séonnet: Les mots en partage

L'impossible charrette7/01/2010
Prix : 0,00
Quantité :
 

L'impossible charrette

Mais il y a des images qui semblent impossibles à écrire. Celui-ci, s'il aborde le Sénégal c'est pour dire une grand maison avec piscine à Dakar, le match de foot qu'il a vu au stade Léopold Sédar Senghor (il faut quand même que j'insiste pour qu'il écrive le nom, et je me fends d'un couplet sur la grandeur de cet homme, la grandeur d'un pays qui a choisit pour président un immense poète), mais écrire simplement que devant la fenêtre de «sa» maison il voit passer des charrettes tirées par des chevaux, une rue pleine de bruit, de vie, de poussière, ça non, hors de question: Ils vont tous rigoler. Et c'est vrai qu'ils rigolent –lui le premier– lorsque en fin de séance on lit à haute voix et que dans l'un ou l'autre des textes  il y a quelque référence à l'origine, au «bled», comme ils disent. Plaisanteries sur les Arabes, les Jaunes, les Noirs. Ça vanne et c'en est vite insupportable. Cette peur d'être celui que l'on est. Cette manière de stigmatiser l'autre avec les mots que l'on reçoit soi même comme des coups. Tout le travail que ce serait de l'écrire. Sous les risées de son voisin qui semble pourtant être son ami, il lit: «J'ai vu la Seine défiler en pleine tempête. J'ai vu le sol rétrécir lorsque mon avion a décollé pour aller au Maroc. J'ai vu les maisons de Oujda se rapprocher lorsque mon avion allait atterrir. J'ai vu deux bosses sur la chameau lorsque je me suis assis dessus».

Lire l'épisode précédent… — Lire la suite… 

 

 

 

Site e-commerce par Raynette.