1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Michel Séonnet: Les mots en partage

La Bataille des mots10/12/2009
Prix : 0,00
Quantité :
 

La Bataille des mots

C'est la première chose qui m'a marqué lorsque, il y a plus de trente ans, je suis venu m'installer (résider?) dans cette partie du monde que l'on dit «banlieue». Hormis les rares natifs, vivre là ne venait pas d'un choix, on avait beau s'inventer des raisons, dire que l'on avait choisi cette commune plutôt qu'une autre, la vérité c'est que nous étions tous sous le coup d'une sommation, quelque chose qui nous faisait obligation de nous établir là, pas très loin finalement des politiques de peuplement qui firent la population d'îles jusque là inhabitées. Là était l'activité. Là, la force terrible d'attraction. Ne pas céder aurait nécessité une détermination vigoureuse. Nous n'en avons pas trouvé les raisons. Nous nous sommes laissés faire. Nous sommes devenus banlieusards. Et les enfants, aussi, que nous avons fait naître.

Notre présence ici est le résultat d'un concours d'histoires que nous n'aurions pu imaginer. C'est cela que nous avons en partage, nous qui habitons ici. Non pas nés ici comme nos pères, nos grands-pères, et ainsi à remonter le temps si loin qu'on n'en voit plus l'origine, mais rencontres, circonstances, hasards (?), obligations tout autant, déterminismes, conséquence d'un mouvement bien plus large que nous qui a brassé des foules (sinon nous ne serions pas si nombreux à vivre ici), chacun s'efforce de croire que c'est sa propre histoire, son destin, mais c'est comme destin d'étoile à la merci de forces inébranlables, attraction, épulsion, explosions aussi, qui sommes-nous qui suis-je au milieu de tout ça?

Le lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonne accueille plus de 2500 élèves. Il vient de fêter ses cinquante ans de construction. Il est planté au bord de la N7 (rêve, pour moi, de me laisser glisser, et de Morvan en vallée du Rhône, par Aix, Brignoles, arriver jusqu'à Nice, promenade des Anglais, au feu après le jardin Albert 1er je tourne à gauche, puis la première à droite, et c'est la rue Saint-François-de-Paule de mon enfance, ceux qui veulent en savoir plus n'ont qu'à lire «La chambre obscure», EditionsGallimard, dont cette rue est le haut-lieu), de l'autre côté de la nationale, ce sont les Tarterêts, une cité de hauts bâtiments que l'on a (on = pouvoirs publics = nous, citoyens électeurs) abandonnée à la misère, seule remède envisagé: la destruction, une barre ici, une barre là, on reconstruit en beaucoup plus petit, immeubles plus petits, appartements plus petits, familles nombreuses allez voir ailleurs, et quitte à détruire, les bandes de gosses perdus (nos enfants! Mes chers concitoyens) sont les plus habiles, cette nuit ils ont brûlé la façade de la grande surface venue s'installer là, à peu de frais sans doute, vues les aides et subventions reçues. La bataille des mots c'est aussi fait pour ne pas désespérer.

Les sigles attribués aux classes du lycée relèvent pour moi de la science-fiction (une élève: Vous n'écrivez pas des livres de science-fiction? Moi: Non, je n'ai pas assez d'imagination, mais j'aime beaucoup les livres de Dan Simmons, tu as lu «Hyperion»?). Pour en citer quelques uns: MISVT, ISI, ISP, SES. Il faut dire que les classes de seconde qui se sont lancées dans le projet (ou pour être plus précis: les classes des enseignants qui se sont engagés dans ce projet) sont toutes affublées de ces sigles qui marquent une spécialisation précoce, à ceux-là on a dit: ce sera par là et pas ailleurs, et c'est un chemin déjà étroit, balisé. On comprend que ce soit eux qui se sont embarqués dans l'affaire. La bataille des mots, c'est pour un peu moins se faire avoir.

Lire l'épisode précédent…Lire la suite… 

 

 

 

Site e-commerce par Raynette.