1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les Feuilletons de l'Amourier > Feuilletons de Michel Séonnet: Les mots en partage

Au travail !08/12/2009
Prix : 0,00
Quantité :
 

Au travail !

Une fois encore ce sont, face à moi, ces visages jeunes, attentifs, garçons et filles, des mains se lèvent qui questionnent, pour une fois qu'ils rencontrent un écrivain, savoir ce qu'il gagne, comment il travaille, le matin ou le soir, et pourquoi, depuis quand, qu'est-ce qui l'a décidé, est-ce que certains jours il n'en a pas marre, c'était quoi le premier livre, la première histoire – et l'écrivain, devant tant de sollicitude, ne peut que livrer des petits échos de sa vie, de son travail, il raconte, plaisante, se livre un peu, l'important c'est de faire connaissance, non pas sa vie (de l'écrivain) mais ses mots, les mots, voilà ce qui compte, pourquoi il est là, alors il lâche : si je suis ici c'est pour vous dire que les mots rendent libres, le monde est un chaos où nous avons du mal à vivre, les mots c'est fait pour prendre pied, devenir un peu plus humains, un peu plus hommes-et-femmes, et décider de son destin.

Je suis venu dans ce lycée de la banlieue parisienne – Lycée Robert Doisneau, 91 Corbeil-Essonnes – pour partager les mots avec eux: lire, écrire, j'ai dit: On va écrire un livre, tous ensemble, chacun apporte sa pierre et moi je ferai le maçon.

Hier, lundi, monsieur Costopoulos, l'intendant, et moi-même, l'écrivain, nous sommes allés au Conseil régional d'Ile-de-France pour signer la convention qui va nous lier (le lycée, moi, la Région) pour ces six mois de résidence, de décembre à mai, j'ai cherché dans le Robert et à «Résidence», j'ai lu: «Séjour effectif et obligatoire en un lieu», plus loin il y avait: «Assignation, assigner à résidence», je me suis arrêté là, parce que d'un coup ça m'a semblé évident, la proximité des mots: banlieue, mise-au-ban, assignation à résidence, des choses qu'on ne choisit pas vraiment, et le désir de trouver dans ce lycée la manière d'être au plus près de ces mots: banlieue/résidence , mise-au-ban/relégation, la liberté que l'on prend d'y vivre te d'en faire son destin. Monsieur Costopoulos et moi nous avons signé, la région octroiera une subvention au lycée et une bourse à l'écrivain, maintenant: au travail !

Lire la suite… 

 

 

 

Site e-commerce par Raynette.