1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Voix d'écrits

En présence…Bernard Noël
En présence…
Prix : 30,00 € 28,50
Quantité :
EAN : 9782915120462
Format 21 x 20 centimètres
88 pages.
Couverture impression noire
reliure dos carré collé
Collection “ Voix d'écrits ”
ISSN 1968-8482
Dépôt légal 2° trimestre 2008

Ce livre est accompagné d'un film sur DVD.
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Trois hommes pour cette expérience qui a vu Bernard Noël se prêter au jeu des questions de Jean-Luc Bayard sous l’œil de la caméra de Denis Lazerme. Au final un livre d’entretien réalisé à partir de 15 heures de rushes revus par les auteurs auquel est joint le DVD du film tourné à La Devinière (musée Rabelais) et dans l'atelier de Geneviève Besse.

Bernard Noël, écrivain important dont on ne compte plus le nombre de livres publiés (essais, romans, pièces de théâtre, recueils de poésie), marque de son engagement dans l’écriture et de son exigence, le paysage littéraire contemporain.
Jean-Luc Bayard parle volontiers de voyage à propos de ce projet : voyage dans une vie de création, traversée du temps de la vie d’un homme, riche d’expériences humaines et littéraires.
Si l’on est bien en présence d’un homme c’est que l’homme y est au présent…

Jean-Luc Bayard, enseignant, a soutenu une thèse sur l’œuvre d’Edmond Jabès (Université Lumière, Lyon 1991). Son étude approfondie de l’œuvre de Bernard Noël a donné lieu à une publication, L’Arbre de Non (revue Aires) en 1995).

Denis Lazerme, après des études à l’IDHEC, poursuit ses recherches grâce à une bourse d’études à la Casa Velasquez (Madrid). Suivront quelques courts-métrages de fiction et un film sur le cinéma qui témoignent de son intérêt constant pour l’œuvre littéraire. Depuis, il a réalisé une dizaine de documentaires.

 

Extrait


Jean-Luc Bayard :

Passant du Dictionnaire des Œuvres au Dictionnaire de la Commune, je pense au Roman d’Adam et Ève qui traverse les lectures de la Genèse, de Boulgakov et de Villiers de L’Isle-Adam. Et je me demande alors si l’atelier “ Laffont-Bompiani ” ne s’est pas déplacé : l’écriture n’est-elle pas ce qui fermente à partir des lectures et vient dialoguer avec elles ?

Bernard Noël :

C’est vrai et ce n’est pas vrai. Par exemple, une partie du Roman d’Adam et Ève se passe dans la bibliothèque d’un personnage, mais cette bibliothèque est fausse. Les titres en sont parfois vrais et le contenu toujours imaginaire… Ainsi du Livre sacré des Adamites entièrement inventé… Mais ce que je poursuivais dans ce livre ne tient pas dans ce jeu de correspondances. C’était l’histoire politique des cinquante années que j’ai traversée, et l’histoire de la censure. Comment, grâce aux media, on peut aujourd’hui censurer les gens sans les opprimer… Un de mes personnages, un Russe passé à l’Ouest, a connu le trajet qui va de la propagande à la médiatisation : il a découvert avec surprise qu’au lieu de remplir les têtes avec de l’idéologie, comme en URSS, il était bien plus efficace de les vider pour les manipuler… Tous les pouvoirs anciens ont cru le contraire, cru qu’il fallait occuper l’esprit afin de provoquer le partage collectif de la même pensée. Un bel exemple, dans la religion catholique, en est le corps mystique et la communion des saints ! Il y avait là une nourriture… spirituelle consistante ! Et tant pis si elle était illusoire… Mallarmé parle de “ glorieux mensonges ”. De “ glorieux mensonge ” qui ont permis à l’humanité de créer la beauté. De créer l’art, de la Vénus de Milo à l’œuvre de Mallarmé ! Aujourd’hui, il ne s’agit pas de créer mais de dé-créer… Et c’est en décréant qu’on s’empare de la tête de nos contemporains… Cette situation m’obsède, et d’autant plus que l’entreprise de démolition de l’esprit se poursuit dans l’inconscience générale… Fait-on semblant de ne pas s’en apercevoir ou, réellement, ne s’en aperçoit-on pas ? Le principe est simple : on occupe les yeux des gens, et par les yeux, on occupe leur tête… Et on la vide, car c’est en la vidant qu’on la tient, alors qu’autrefois on était persuadé, au contraire… qu’il fallait la remplir de pensée pour la tenir.


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

 

Illustrations

Film de Denis Lazerme joint au livre.

Site e-commerce par Raynette.