1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Grammages

Nuée de corbeaux dans la bibliothèqueJean-Pierre Chambon
Nuée de corbeaux dans la bibliothèque
Prix : 19,00 € 18,05
Quantité :
EAN : 9782915120387
Format 17 x 23 centimètres
68 pages.
Couverture composée au plomb,
1 couleurs et empreinte à sec.
Reliure dos carré collé
Collection “ Grammages ”
ISSN 1284-6570
Dépôt légal 2° trimestre 2007
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Qu’en pleine ville soudain le cri d’un corbeau résonne comme une alerte ou que le regard rêveur à la vitre du train se perde dans les détails du paysage happé par la vitesse, quelque chose semble faire signe, incidemment, dans cette fuite, ce décalage. Les choses sont là, à leur place habituelle, et pourtant il émane d’elles une étrange lumière, leur ombre oblique les prolonge vers un autre espace pressenti, qu’elle entrouvre. Cette sensation d’une fêlure, d’une brèche dans le monde commun est ici l’objet de la quête poétique. Par l’élan de l’écriture, parfois la simple description en acte, l’auteur espère entrevoir à nouveau ce passage secret, et le faire entrevoir seulement, car il sait que ses mots et ses images n’auront qu’un pouvoir limité. On aura senti peut-être, au passage, ce qu’a pu être l’ébauche d’un autre monde inabouti. Le cri d’un corbeau au-dessus de la ville a réveillé le corbeau de tous les poètes. Leurs ombres rameutées dans le ciel de la page blanche vont aider à réécrire le monde.

 

Extrait

Nuée de corbeaux dans la bibliothèque

La lumière qui vient mourir aux vitres
éclaire d’une autre manière l’arrondi
du fauteuil, le globe de la lampe,
la boiserie des rayonnages, les feuilles
blanches sur la table, tout paraît à la fois
plus intense et suspendu, comme si
les choses ne pouvaient se livrer pleinement
qu’au moment même où elles allaient cesser
d’être tout à fait séparées, juste avant
qu’on se décide enfin à allumer une lampe.
C’est l’heure favorite, l’heure ambiguë,
l’heure propice de l’inquiétude et de la joie
mêlées – c’est aussi l’heure des corbeaux.
En voici justement un sur le cèdre du parc,
qui crie, perché dans le bleu assombri,
fixant à l’arbre si noble un sceau d’infamie.
Leopardi attribuait aux oiseaux le privilège
inné du rire. Dans le cas du corbeau, il paraît
difficile de le suivre, tant le croassement
semble une plainte inconsolable, ou pire,
le rappel ironique de la désillusion finale.
Et bientôt, mais de l’autre côté, en arrive
toute une bande, venue se poser autour
de moi dans la granulation grise de la lumière


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

Poésie sur parole (extrait audio)

 

Illustrations

En frontispice, reproduction d’une œuvre de Béatrice Englert

Site e-commerce par Raynette.