1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Approches critiques > Au fil des notes

Histoire de la poésie numériqueNote de Cécile Debary
Prix : 0,00
Quantité :
 

Il y a poésie numérique lorsque la poésie rencontre l’informatique. Cette rencontre peut s’effectuer de plusieurs manières. D’abord, l’ordinateur peut aider à produire, ou à générer, du texte, si on le programme pour cela. On parle alors de littérature générative. Ensuite, l’ordinateur – ou plutôt l’écran – peut servir de support pour un poème qui spécifiquement conçu pour lui. Il pourra dès lors se faire interactif, notamment s’il est hypertextuel. D’un point de vue historique, celui que nous allons ici adopter, la poésie numérique a d’abord été générative, puis animée (et parfois hypertextuelle).

Commençons par la poésie générative, sous-genre de la littérature générative. La machine y relaie l’homme dans l’exécution d’un programme d’écriture. Dès 1959, Theo Lutz fabrique en Allemagne un « auto-poem ». Des expériences plus approfondies sont menées à bien dans les années soixante : Nanni Balestrini en Italie, Brion Gysin aux Etats-Unis… Au Québec, Jean Baudot publie en 1964 La Machine à écrire, qui rassemble des poèmes produits automatiquement. En France, c’est l’Oulipo qui est le groupe pionnier, dès le milieu des années soixante-dix. En 1982, certains des membres de ce groupe, associés à des informaticiens, créent l’Alamo, qui se consacre à la génération automatique de textes. Notons encore que Jean Baudot fait référence à Queneau en tête de son ouvrage. De fait, si l’Oulipo se nomme Ouvroir de littérature potentielle, c’est en bonne partie parce qu’il s’intéresse aux formes de potentialité littéraire qu’autorise la combinatoire. Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau, œuvre fondatrice pour le groupe, est d’ailleurs construit autour de la multiplicité des combinaisons possibles entre les vers de dix sonnets. L’ordinateur peut seconder l’auteur combinatoire pour calculer de telles combinaisons.
Le plus souvent, les poèmes sont générés à partir de moules syntaxiques, qu’il s’agit de « remplir » à l’aide d’un vocabulaire variable. Un exemple parallèle (prosaïque) est celui des aphorismes de Marcel Bénabou, qui part de formules comme « A est le plus court chemin de B à C », ou « Les petits A font les grands B ». La littérature combinatoire s’est attachée de façon préférentielle à des énoncés brefs tels que ceux-ci, ainsi qu’à certains genres poétiques comme les haïkus : on peut citer ceux de Jean-Pierre Balpe, auteur français toujours actif et génératif, même s’il s’intéresse plutôt à la fiction à l’heure actuelle.

Le second genre de poésie numérique, très différent, est souvent nommé « poésie animée » ou « cinétique ». Il trouve plutôt son origine dans les poésies concrète et visuelle. Cette filiation s’observe clairement dans l’évolution de  certains artistes, comme Augusto de Campos ou Eduardo Kac, et dans l’évolution de certaines revues, comme Doc(k)s, qui devient à partir de 1990 un lieu essentiel de diffusion de cette poésie, sous le titre Doc(k)s. En France, les cinq membres de l’association LAIRE, fondée en 1988, « viennent des poésies sonores et visuelles  . » L’année suivante, ils créent la revue alire, qui sera diffusée sur disquettes, puis sur CD-Rom.
Le numérique offre de nouvelles possibilités à la recherche concrète : la poésie cinétique ne joue pas seulement de la confrontation du texte et de l’image, mais aussi du son, avec le multimédia ; la poésie cinétique n’exploite pas seulement les deux dimensions qui étaient celles de la page, mais elle peut encore déployer les caractères dans le temps – avec les animations. Il demeure que la nature particulière du support dont il est question entraîne une rupture. Le support est en effet double, avec un support de mémorisation distinct du support de la lecture (l’écran). Ce qui est mémorisé est illisible en soi, alors que ce qui est lu semble s’inscrire sur le support simulé. Le groupe LAIRE promeut l’exploitation de cette spécificité avec l’ « animation syntaxique », qui insiste sur la dynamique temporelle et peut s’appuyer sur des algorithmes génératifs : il n’y a pas de « produit fini » publiable sur papier.
La dualité du support permet de surcroît l’intervention du lecteur, l’interactivité, surtout lorsqu’à l’animation s’ajoute l’hypertexte, comme dans certains poèmes d’Annie Abrahams et, plus tard, dans 10 poèmes en 4 dimensions de Xavier Malbreil. Il demeure que l’hypertexte poétique est loin d’avoir la reconnaissance de l’hypertexte de fiction.

Si la poésie numérique semble ainsi révolutionnaire, elle s’ancre dans l’histoire littéraire du xxe siècle. L’attention portée depuis bien longtemps par les poètes au support et à la production du texte trouve son aboutissement dans une utilisation souvent intéressante des possibilités offertes par la technique, avec des expériences qui apparaissent aujourd’hui très variées. Or, la période actuelle est caractérisée par une diversification plus grande encore des pratiques, autorisée par la démocratisation de l’informatique (qui n’impose plus la programmation) et d’internet (qui encourage l’écriture collaborative). Plus encore, la poésie se rapproche des autres arts numériques et de la performance.



Deux CD-Rom
Créations poétiques au XXe siècle, visuelles, sonores, actions…, Scéren (CRDP, Académie de Grenoble), coll. « Banques pédagogiques », 2004, CD-Rom.
Bernard Magné et Antoine Denize, Machines à écrire, Gallimard, 1999, CD-Rom.

Quelques sites
ALTX online network, http://altx.com
Charabia.net, génération automatique de textes aléatoires, http://www.charabia.net/
Doc(k)s, http://www.sitec.fr/users/akenatondocks/
(voir en particulier les « Archives »et/ou « Collections »)
E-critures.org, http://www.e-critures.org
Hermeneia. Literary Studies and Digital Technologies, http://www.uoc.edu/in3/hermeneia/cat/
Locus Novus, http://www.locusnovus.com/
TAPIN, poésie sonore contemporaine, http://tapin.free.fr/
Trace Archive. Archive of the trAce Online Writing Center 1995-2005,
http://tracearchive.ntu.ac.uk/
Transitoire observable, http://transitoireobs.free.fr/to/
Marie Belisle, Scripturae, http://www.scripturae.com/
Tim Catinat, Métatextes, http://www.metatextes.com/
Electronic Poetry Center (centre électronique de Poésie), http://wings.buffalo.edu/epc/
Gabriela Golder, Postales, http://postal.free.fr/
Eduardo Kac, KAC WEB, http://www.ekac.org/
LAIRE, Mots-voir, http://motsvoir.free.fr/
Xavier Malbreil, 0m1.com, écrits et théorie, http://www.0m1.com/
Joerg Piringer, Digital sound, Visual interactive poetry, etc., http://joerg.piringer.net/

Revues et autres études…
Action poétique, n° 95, ALAMO, écriture et informatique, printemps 1984.
Etudes françaises (université de Montréal), vol. 36, n° 2, Internet et littérature, nouveaux espaces d’écritures?,
dir. Régine Robin, 2000, rééd. http://www.erudit.org/revue/etudfr/2000/v36/n2/index.html
Littérature, n° 96, Informatique et Littérature, décembre 1994.
Littérature, Informatique, Lecture, de la lecture assistée par ordinateur à la lecture interactive, dir. Alain Vuillemin et Michel Lenoble, Limoges, Pulim, 1999.
Magazine électronique du CIAC, http://www.ciac.ca/magazine/
(Voir en particulier le n° 13, Œuvres électroniques)
http://www.ciac.ca/magazine/archives/no_13/oeuvres.html
Rilune, revue des littératures de l’Union européenne, série « numéros monographiques »,
n° 5, Littérature numérique en Europe, état de l’art, dir. Ana Pano, juillet 2005,
http://www.rilune.org/mono5/articlesnumerique.htm


1 - Philippe Bootz, « alire : un questionnement irréductible de la littérature », dans Digit.HUM,
revista digital d’humanitats
, n° 4,
http://www.uoc.edu/humfil/articles/fr/bootz0302/bootz0302.html
consultation en avril 2005. A Frédéric de Velay s’ajoutent Philippe Bootz, Jean-Marie Dutey, Tibor Papp et Claude Maillard.

Site e-commerce par Raynette.