1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Thoth

Vienne le cielJérôme Bonnetto
Vienne le ciel
Prix : 12,00 € 11,40
Quantité :
EAN : 9782915120288
Format 10 x 20 centimètres
100 pages.
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Thoth ”
ISSN 1625-9173
Dépôt légal 4° trimestre 2006
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

La photographie, au cœur de cet ouvrage, sert de révélateur aux personnages qui en sont les protagonistes. Une rencontre au-delà de l’objectif.

Mêlant de nombreuses voix narratives, comme autant de tesselles pour une mosaïque, c’est ce que réussit à faire Jérôme Bonnetto dans ce récit à la construction parfaitement maîtrisée. On y suit les pérégrinations d’un photographe et de celle qu’il prétend aimer au travers de l’objectif impitoyable de son appareil à capturer reflets et postures.
Il faudra bien des voyages de Prague à Prague en passant par le Japon, bien des clichés souvent arrachés au cours des jours pour qu’apparaisse, toute douceur et toute fureur – femme, mère, amour – celle qui fait trembler la lumière, Ada.
Ada qu’on ne peut qu’aimer. Sans preuve!

Extrait

Alexandre les photographiait contre les remparts de la vieille ville. Il posait l’appareil, toujours au même endroit, et cadrait sans audace l’ovale du visage frappé par les rayons du soleil. Il attendait qu’elles effacent leur sourire, sans rien dire, patiemment. Parfois, elles fermaient les yeux. Elles plaquaient leur dos contre la pierre grise et froide des remparts pendant qu’il tournait la bague de l’objectif. Il prenait son temps avant d’appuyer sur le déclencheur, l’œil posé contre l’oculaire de l’appareil, il prenait le temps de les observer dans l’inquiétude de la pose. Il entendait une petite musique avant d’appuyer. C’était toujours la même. Lorsque la musique se terminait, il déclenchait. Une seule prise lui suffisait. Jamais plus d’une prise. Elles ne comprenaient pas vraiment, il ne donnait aucune explication. Il leur demandait gentiment de poser au pied des remparts, elles acceptaient, il n’y avait rien à expliquer. Il s’y prenait toujours de la même façon. Il leur parlait le moins possible ; il les emmenait en silence au pied des remparts, elles plaquaient leur dos contre la pierre grise et froide. Il observait leur visage ébloui par la lumière blanche et la peur de l’objectif puis il appuyait sur le déclencheur souple.

Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

Illustrations

Montage photographique de la couverture réalisé par l'auteur

Site e-commerce par Raynette.