1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Approches critiques > Au fil des notes

Urgence sans lumièreMarcel Migozzi
Prix : 0,00
Quantité :
Note de

Wigwam éditions
 

Poésie âpre que celle-ci : Déchirure. C’est le premier mot de l’ouvrage. Sept lignes plus loin : " une phrase trouve du goût à cette nuit ". L’ambiance est à l’angoisse mais heureusement dans l’épreuve, le verbe, la poésie, sauvent la mise à défaut de sauver la vue…Car ce sont des yeux malades qu’il s’agit, et d’une passion, la métaphore assurée par l‘expérience bien réelle du corps hospitalisé, perfusé.
Après la déchirure, " les chiures du brouillard " viennent apporter un peu de dérision dans la prise de distance, mais aussi l’amertume… " quand les yeux ne servent plus qu’à pleurer ".
La seconde partie du texte pour dire la dépossession.Tout le talent de Marcel Migozzi, sobre, quasi minimal est là dans le style et le vocabulaire choisi pour affiner notre sensibilité, pour augmenter notre réceptivité. Nos perceptions ainsi aiguisées, les associations d’idées s’enchaînent avec à peine deux ou trois jeux de mots, on y est, on la sent qui colle à la peau cette odeur des hôpitaux…où l’on devient un " cas clinique ", un numéro. Votre nom, qui vous êtes se trouvent évaporés au gré des couloirs, au gré des chariots poussés. Son corps découpé en morceaux, le malade n’est plus une personne mais une mécanique à réparer. Il y a la chambre : " les affaires du corps/ sont enfermées dans le mur aux placards ". Il y a les visites espérées et le savoir, la conscience du peu qu’on est en tant qu’humain.La souffrance, on la devine à tous les étages, il y a à subir la dépersonnalisation même des visiteurs en ces décors stéréotypés, reproduits par centaines. Le chrome des chaises, les barreaux des lits refroidissent les épanchements, symbolisent l’inhospitalier …au contraire de la signification même du mot hôpital. La mort rôde, le malade-poète ne peut faire l’économie de son évocation : "chaque ami jettera-t-il des fleurs " et aussi :"collyre comme si on jetait de la terre déjà ".
Puis enfin la question posée : Que lisez-vous? et cette autre Que voyez vous?
Le bout du tunnel, la fin de l’épreuve et la conclusion heureuse : les mots s’émeuvent tandis que la prescription médicale conseille: " ayez confiance/dans le verbe revoir ". Mais Marcel Migozzi lui sous -entend : Ayez confiance en l’écriture, forme de dignité, remède autant que bouée de sauvetage, force de renouveau, témoignage de la grandeur comme de la fragilité humaine.

Site e-commerce par Raynette.