1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Archives Editos

Édito de fin d'étéAoût 2005
Prix : 0,00
Quantité :
 

Édito n° 3

L’été, pour beaucoup dans nos pays, et c’est heureux, symbolise le temps des vacances. Pour ma part l’événement est devenu si rare que le désir peu à peu s’en est estompé avec la faculté du lâcher prise nécessaire ; c’est toute une éducation à refaire. Ainsi, en ce qui me concerne, l’été est le temps du jardin !… Quand je dis jardin, c’est du potager qu’il s’agit évidemment ; l’ornementation florale est un domaine réservé sur lequel je n’empiète guère. Le jardin c’est l’exercice physique, le soleil et la compagnie éphémère d’êtres végétaux qui, même s’ils ne sont pas doués de parole, ne manquent pas de manifester les plus vives contrariétés eu égard à l’emplacement qu’on leur a choisi, au temps qu’il fait, aux voisinages, aux maladies de peau, aux insectes qui les dévorent etc. Tout comme les touristes qui, en période estivale, peuplent les villégiatures balnéaires et autres campings, mais sans le bruit ; ce qui fait une notable différence. Un autre contraste avec l’homme est à remarquer ; le jardin est généreux. Lorsque notre menu se compose d’une salade niçoise suivie d’une ratatouille de même origine, n’ayant que le sel à acheter, on ne peut manquer d’éprouver un naïf sentiment de fierté autarcique. Bref, le jardinage est devenu pour moi l’accomplissement d’un rituel quasi ontologique et une séance d’arrosage crépusculaire m’est aussi bénéfique pour la sérénité du corps et de l’esprit que toutes les pratiques préconisées à cet usage.
   Si je suis aujourd’hui en veine de confidences à propos de mon jardin c’est qu’un projet littéraire d’envergure s’est greffé là autour. L’Association des Amis de l’Amourier a eu l’idée de faire une coédition pour marquer de dixième anniversaire de notre maison en demandant à chacun des auteurs du catalogue (et ils sont soixante-douze) de faire un texte de quelques lignes sur un légume ou fruit de son choix issu de mon jardin. Face aux texte, chaque fois une photo de l’un ou l’autre des amis végétaux qui m’accompagnent durant ces quelques mois, des photos de vacances en somme. Cela s’intitulera “ Le Jardin de l’éditeur ” et sortira en octobre, je voulais vous en parler, on en reparlera…

Jean Princivalle



 

Site e-commerce par Raynette.