1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Grammages

Par les ratures du corpsYves Ughes
Par les ratures du corps
Prix : 17,00 € 16,15
Quantité :
EAN : 9782915120103
Format 17 x 23 centimètres
64 pages.
Couverture composée au plomb,
1 couleurs et empreinte à sec.
Reliure dos carré collé
Collection “ Grammages ”
ISSN 1284-6570
Dépôt légal 1° trimestre 2005
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

La ville se présente ici comme une forme vipérine, elle est menace permanente et pourtant lieu possible de réalisation et d’accomplissement. Un concierge y découvre subrepticement un cadavre. Porteur d’un texte de Dante Alighieri, ce mort va se révéler particulièrement perturbant, pour le personnage comme pour le récit. Car la poésie est contagieuse ; progressivement, elle contamine la narration.
La poésie est un mode d’expression, un mode de perception et, finalement, une façon de vivre. Le concierge, après avoir lu ce texte de la Vita Nuova, ne pourra plus mener son existence comme par le passé. Et l’histoire s’ouvrira, s’offrira, à la scansion des vers. La ville révèle dès lors ce que les discours officiels cachent.
Nice, car c’est bien d’elle qu’il s’agit, apparaît ici comme lieu de violences et d’exclusions. Le soleil et la mer sont éléments contradictoires : ils nous lient aux forces vitales, mais sont également exploités par de basses démarches de rentabilité. Que l’on cache donc les exclus, ceux qui dépassent par leur misère ou leur grandeur, leur amour.
Le poème de Dante, venu de la profondeur des siècles et de la mort, sera fécond. Par lui, les êtres accéderont aux montées solaires, aux triptyques baroques jusqu’à ce que par les ratures du corps soit dit l’émerveillement.

 

Extrait

en ce monde sans lieux la fécondation et l’engendrement ne sont que compositions de fortune
et toute chair que l’on priverait d’alcool se décomposerait en simple texture d’urgence

tu avances maintenant sur cette zone de racines nouées elles se dégagent parfois de la terre pour aller comme cordes désignant le vide
tu veilles à ne pas les effleurer car d’un claquement de paupières elles deviennent vipères défiant le silence

l’intensité de midi agit comme un appel du sang pour ces morts qui se cambrent encore dans la pierre
dans l’étirement d’en bas passent aussi un peuple de poussière et son troupeau de bêtes dépareillées aux ventres las

il te faut donc avancer dans le mystère béant du corps et rencontrer des hommes dont les mains offrent des clous rouillés relents d’urine
saisie par les poumons la trahison entre en toi comme combustion des siècles elle sera par le souffle retenue


Lire un autre extrait

Lire la revue de presse

 

Illustrations

En frontispice, la reproduction d’une œuvre de Gérald Thupinier

Site e-commerce par Raynette.