1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Approches critiques > Au fil des notes

Fable pour le cœurBernard Noël
Prix : 0,00
Quantité :
Note d'Alain Freixe

La Porte, 2004
 

Bernard Noël a confié aux éditions La Porte que dirige Yves Perrine (215 rue Moïse Bodhuin, 0200 Laon), à ses petits livres de quelques 16 pages, cousus main et numérotés à 200 exemplaires cette Fable pour le cœur. Cette parole coupée qui s’arrête, fait retour et repart, qui bat pour dire l’obscur du cœur, ce battement rouge du vide entre diastole et systole pour témoigner de cet “ au-delà de soi ”, de ce quelque chose qui serait comme “ la rencontre / du vent sur la main ” ou la “ couleur ” qui “ flambe / comme crie un cri ” et qui “ (nous) crève les yeux ”, quelque chose comme la présence qui toujours nous renverse.
Et comment “ attraper cela / qui dans la présence / fume sur les doigts ? Comment si “ la peau de la langue / et la peau des mots / ce sont deux espèces ”, si l’effusion repousse l’articulation, s’ “ il manque une lettre ”, si “ au bout de la langue ” c’est toujours “ un tout petit peu ” qui reste ? Et juste de quoi faire rayonner à partir des bords ce grand vide, ce trou de l’âme, dit Bernard Noël, “ ce vide au cœur ” - là ou Henri Michaux entendait souffler des vents terribles ! – où nous nous pencherons “ pour viser le ciel ” et entrevoir ces nuages qui filent. Comme “ le sens s’appuie / sur ce vide là ” et file lui aussi interminablement devant. Disparaissant, revenant, suspendu, flottant au gré du vent, ce souffle qui l’anime et qui comme la foudre de Miguel Hernandez, que je suis en train de relire, ne cesse. Comme ne cesse ce fond de l’air, par delà toutes ses variations, “ cet inusable en nous ”, cette fumée du nuage quand il passe devant “ comme une prière / faite pour pleurer / tout destinataire ”. Comme une fable levée à la proue du présent où ce qui reste de l’eau qui a fendu le cœur en émoi s’évapore dans la lumière.

Site e-commerce par Raynette.