1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Livres d'artistes - tirages de tête

Premiers mots, ardoises finesAlain Freixe et Miguel Martin
Premiers mots, ardoises fines
Prix : 300,00
Quantité :
EAN : 9782911718373
Format 28 x 37 centimètres
18 pages.
Couverture impression typographique noire
Non relié, présenté sous étui toilé noir
Collection “ Livres d'artistes ”
Dépôt légal 3° trimestre 2000
 

Biographie et bibliographie de l'auteur


Description de l'ouvrage


Édition originale limitée à quarante exemplaires dont cinq hors commerce, sur papier vélin Tiepolo 290 gr de chez Fabriano, impression typographique de quatre proses poétiques accompagnées de deux œuvres originales accolées en noir et bois gravé en vignette de couverture de Martin Miguel ; ouvrages numérotés et signés au colophon par l’auteur et l’artiste. Présenté sous étui toilé noir.

 

Extrait


Pensons aux premiers mots. Pensons à leur manière de se donner. Dans l’improbable d’une friche, entre deux replis de terre et deux brumes.
Pensons à leur fragilité, à leur précarité, à leur vocation à se perdre. Pensons à tous ceux qui ont dû sombrer et dont nous ne saurons rien !
Mais pensons également à leur force, à cette énergie qui leur a permis de s’arracher à ce flot de pensées qui n’arrête jamais, à ce train qui roule incessamment sa nuit, pour venir s’inscrire d’une manière soudaine et tout à fait inattendue sur le bout de la langue ou sur la page blanche quand ce n’est pas dans le coin rêche de l’œil.
C’est ainsi que, toujours, les premiers mots surgissent et s’imposent. Moins par je ne sais trop quelle gravité qu’au contraire par la légèreté de ce qui n’était pas attendu.
Insistants, ils cogneront à la vitre. Et si les buées les noient de trop de froid, ils frapperont à la porte.
Prenons garde ! Tout tient dans l’ouverture.
Cet autre de notre parole, il convient de l’accueillir, dès l’embrasure, comme les Grecs offraient l’hospitalité aux étrangers, en différant l’instant des questions : qui êtes-vous ? d’où venez-vous ? où allez-vous ?
Suspicion déjà mortelle ! Ne pesons pas sur leurs clartés. Évitons de les éteindre, de les renvoyer à la nuit d’où ils viennent.
Taisons-nous.
Il fait à peine jour.

 

Illustrations

Gravures sur bois et dessins acollés de Martin Miguel.

Site e-commerce par Raynette.