1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Thoth

Le Temps déchiréClaude Held
Le Temps déchiré
Prix : 9,90 € 9,40
Quantité :
EAN : 9782911718700
Format 10 x 20 centimètres
64 pages.
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Thoth ”
ISSN 1625-9173
Dépôt légal 3° trimestre 2001
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Une femme meurt. Une enquête est ouverte. On parle de mort violente. On relève des traces, des empreintes. On réunit des preuves, des témoignages, des objets, des notes. On établit un emploi du temps. Ça tient debout. Ça a un air de ressemblance. C’est la vérité. C’est le délire. C’est la mémoire. Tout compte fait il reste le hasard, la fragilité, le désir de mort, le désir de meurtre.

Ce texte relève du malaise et de l’éblouissement. Les phrases de Claude Held sont comme cordes tendues sur le vide, néanmoins nouées entre elles. Elles constituent un ensemble cohérent alors même qu’elles sectionnent cette continuité qui, traditionnellement, est supposée faire sens. Nos modes de lecture volent en éclats; les liens logiques permettant de bâtir progressivement le mouvement d’un récit ne s’inscrivent plus dans la continuité, ils doivent ici être recomposés Dans la mesure où le tissu du temps est altéré, les souvenirs passent par les déchirures et s’imposent au gré d’un rythme qui semble relever du désordre, mais qui obéit en fait aux scansions de la mémoire: Tout ce que tu vois est là, dans la cassure. Tu observes la trace entre les morceaux collés.

Extrait

La Mise à mort.

Elle est tombée contre la cloison.
L’horloge marque onze heures. Un pied est tordu sous le corps. C’est la chose la plus difficile.
On a parlé au téléphone. Une voix sur répondeur après un silence. Je crois que c’est ici. Je crois que c’est vrai.
La pièce est située dans un bâtiment gris. Sur le toit d’en face on voyait des oiseaux.
Il y a longtemps qu’on n’a pas parlé. Pas parlé vraiment.
Qu’est-ce que tu veux dire? Ta manie de faire les demandes, les réponses.
Le temps était clair. Un avion passe. Ça fait une traînée, une blancheur. Ces choses ont une douceur très grande. On était dans le reflet.
Une phrase est la chose la plus violente.

Lire un autre extrait

Illustrations

En couverture reproduction d’une peinture de Bernadette Griot

Site e-commerce par Raynette.