1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > Thoth

Le Génie des rencontresSylvie Fabre G.
Le Génie des rencontres
Prix : 12,20 € 11,59
Quantité :
EAN : 9782911718915
Format 10 x 20 centimètres
112 pages.
Couverture quadrichromie
Reliure dos carré collé
Collection “ Thoth ”
ISSN 1625-9173
Dépôt légal 1° trimestre 2003
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

De courts récits de rencontre. Rencontre de soi, rencontre de l’autre, rencontre de l’autre en soi, dans la vie, par-delà la mort, parfois grâce à la littérature, la peinture ou la photographie. Peut-être aussi portraits d’êtres chers, anonymes ou connus, qui jalonnent, aident, éclairent la traversée. Toujours des histoires d’amour. Là où souffle le génie des rencontres se crée un nouvel espace-temps, un entre-deux : le lieu humain ? Ces textes à la fois narratifs et poétiques, tous centrés sur un récit de rencontre, proposent une approche, une vision de la vie et de l’art. Ils veulent rendre, dans une écriture tendue, imagée, incarnée, le don reçu. Faire partager au lecteur l’amour, la douleur et la joie, la beauté : un être-au-monde qui réconcilie.
Personne n’a de vie en soi. Nous existons par le lien. À même la solitude de l’être s’ouvrent des voies de rencontre. Là où on ne percevrait que murmures, le cœur entend l’appel. Pour que s’accomplisse le passage, une langue émerge, faite de chair et de rêve. Dans sa tension, lumineuse, la présence trouve sa forme.
Placée sous le signe du Génie des rencontres l’écriture de Sylvie Fabre G. dénoue les frontières, et trace par émerveillements successifs un lieu d’accueil possible.

Extrait

Il y a des soirs propices à la rencontre, des soirs si doux, tissés dans la lumière qui s’effrange sur la montagne. Le ciel, ces soirs-là, laisse tomber sa fine étoffe. Elle s’enroule sur elle-même pour découvrir les portes d’un Désert. Celui-ci a un nom enraciné dans le végétal, le minéral et l’humain. Le monde l’oublie, mais le monde en Chartreuse est ailleurs.
Un homme y vit, au pied des grandes falaises où s’échouent les nuages, dans la traverse des âges et des vents. Il a choisi de dissoudre le mouvement immuable du temps et de changer la consistance de l’espace en faisant de leur route sans halte une éternité gravée de signes.
La première parole que j’entendis sur son étrange projet m’arriva portée par l’indéchiffrable douceur d’un de ces soirs, en mars. Nous étions trois avec lui dans son atelier. Deux femmes, et un enfant ouvrant des yeux qui s’étoilaient aux traits et boucles de l’inconnu. L’homme parlait de la mémoire des langues. De cette ligne d’écriture qui coupe les terres et les siècles, tous les signes et leur musique, pour arriver jusqu’à nous. Il racontait comment, d’instinct, sa main avait parfaitement maîtrisé la calligraphie. Son enfance s’était passée à recopier les lettres des divers alphabets, et il avait ainsi acquis la puissance créatrice de chaque langue, pénétrant son essence par le geste. Il s’était exercé avec patience à ressembler au scribe plus profond que le ciel et la terre dont parle Champollion.

Lire un autre extrait

 

Illustrations

En couverture et en frontispice, reproduction d’œuvres de Frédéric Benrath.

Site e-commerce par Raynette.