1, montée du Portal - 06390 Coaraze
Accueil Recherche Votre panier Valider votre commande Conditions de vente Nous contacter
Les librairies partenaires
Votre compte client
Pour accéder à votre compte, veuillez vous identifier :
E-mail :
Mot de passe :
Pour recevoir notre lettre d'information
e-mail :
Vers le site Compoir du livre SPE

Les collections > D'Aventures

Les Chants souffertsFabienne Dion
Les Chants soufferts
Prix : 12,00 € 11,40
Quantité :
EAN : 9782915120028
Format 14 x 15 centimètres
96 pages.
Couverture 1 couleur
reliure dos carré collé
Collection “ D'Aventures ”
ISSN 1621-7241
Dépôt légal 1° trimestre 2003
 

Biographie et bibliographie de l'auteur

Propos du livre

Soudain j’ai l’âge fracassé des morts
L’émergence de ce vers sous la plume d’une jeune fille entre dix-sept et vingt ans a de quoi surprendre.
De fait, la mort peut être solaire et frapper dans l’ardeur. D’emblée, elle irradie les textes de Fabienne Dion tout en se conjuguant à une exigence de vie et de création.
Écrire,
célébrer enfin les fatigues insoumises
D’une intensité d’écriture troublante, la pulsion donnée aux mots vient ici des tréfonds :
hurler, s’époumoner sans fin
briser le silence des plaines
Dans les textes de cette jeune fille se lit une amie ; elle avance, pour nous, comme une silhouette diffuse, la suivre au fil de ses poèmes revient à vivre un éblouissement.
Les chants soufferts est le seul recueil publié par Fabienne Dion; poèmes écrits juste avant sa mort.

 

Extrait

La gifle

J'entends claquer Là-bas Au loin
Dans l'étrange calme des plaines
des draps rugueux et sans couleur

Solitude infinie Demain
Tôt une femme au dos de laine
couvert ira avec lenteur
décrocher les draps de ses mains
éteintes mais larges
Et pleines tout autant qu'est vacant son cœur

Hurler s'époumoner sans fin
Broyer le silence des plaines
Ô drap sans précise couleur
qui ne séchera ni demain
Ni jamais dans cette inhumaine
étendue Comme la douleur
lancinante Drap qu'aucune main
éteinte ne prendra la peine
de détacher dans la douceur
toute hivernale d'un matin
Comme un jeune frère je t'aime
Ô trouble miroir du malheur

J'entends claquer Là-bas Au loin
Dans l'étrange calme des plaines
des draps rugueux et sans couleur

Lire un autre extrait

Presse : Chronique de Jean-Marc Stricker sur France-Inter

Site e-commerce par Raynette.